Un peu plus de printemps

Tous les termes écrits en bleu sont des liens cliquables.

La nature que l’humain d’aujourd’hui s’ingénie à détruire, tout en prétendant le contraire, reste toujours son seul support fiable. Généralement elle le nourrit, elle le protège et le réconforte à travers ses multiples manifestations, même si parfois, quand elle se déchaîne, elle ne le ménage pas ; l’humain ayant d’ailleurs, du fait de son empreinte de plus en plus délétère sur l’environnement, sa propre part de responsabilité dans ces déchaînements. Cependant l’irrémédiable n’est pas encore accompli. Le printemps revient chaque année sous nos latitudes. Le réchauffement climatique n’en est qu’à ses débuts.

IMAG0015

La nature continue de nous aimer (vision naïve n’est-ce pas ?). Elle peut aussi nous redonner le moral comme en témoigne ces quelques vers d’un poète oublié.

Le monde de douleur et d’effroi, c’est le monde des hommes. La nature procède d’une autre logique… Ou plutôt elle n’en a pas… Elle ignore la logique, une des principales facultés du mental humain également  pétri d’absurdité…

AVRIL

Lorsqu’un homme n’a pas d’amour,
Rien du printemps ne l’intéresse ;
Il voit même sans allégresse,
Hirondelles, votre retour ;

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et, devant vos troupes légères
Qui traversent le ciel du soir,
Il songe que d’aucun espoir
Vous n’êtes pour lui messagères.

Chez moi ce spleen a trop duré,
Et quand je voyais dans les nues
Les hirondelles revenues,
Chaque printemps, j’ai bien pleuré.

Mais depuis que toute ma vie
A subi ton charme subtil,
Mignonne, aux promesses d’Avril
Je m’abandonne et me confie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Depuis qu’un regard bien-aimé
A fait refleurir tout mon être,
Je vous attends à ma fenêtre,
Chères voyageuses de Mai.

Venez, venez vite, hirondelles,
Repeupler l’azur calme et doux,
Car mon désir qui va vers vous
S’accuse de n’avoir pas d’ailes.

François CoppéeLes mois

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A propos :

Dans un monde de douleur et d’effroi

Théophraste ne prétend pas changer la société et encore moins le monde. Il conçoit et diffuse ce blog comme il le peut, d’abord et avant tout pour témoigner de ses inquiétudes et de son indignation mais aussi de sa confiance en la nature qu’il se garde cependant de déifier. Il espère ce faisant, dans un contexte de déshumanisation globale, préserver sa propre humanité et peut-être, sans trop savoir ni prétendre, celle de ses éventuels et fugaces lecteurs. Par ailleurs, les croyances, les incohérences, les appétits de réussite, de pouvoir, d’argent, de sexe, l’orgueil souvent démesuré, l’ordinaire mépris que nuance à peine l’indifférence, la méfiance souvent pathologique, les susceptibilités souvent maladives, le besoin souvent compulsif de dominer et d’être le plus fort, la jalousie souvent insidieuse, l’hypocrisie et la lâcheté souvent sans bornes, le perpétuel côtoiement de l’intelligence et de la bêtise chez ses « frères humains »* le laissent pantois. Il réfute tous les mots en isme, à commencer par le nihilisme, et ne s’estime pas plus philosophe qu’écrivain (en dépit de son nom de « plume » qui est aussi un prénom). Il est vrai qu’il écrit mais si peu…

S’il dérange ce n’est ni par plaisir, ni par goût de l’exagération, mais par un besoin vital d’ajustement au réel, à ce qui est et à ce qui devient dans ce monde de douleur et d’effroi. Enfin hormis la perception factuelle et quasi quotidienne de tout ce qui précède, il n’a au fond de lui même qu’une seule certitude, c’est qu’il ne sait rien.

* Frères humains, qui après nous vivez,
N’ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
François Villon (1431-1463)
La Ballade des pendus


Pourquoi Thébaïde News : lire Présence et retrait

Lire aussi :
Qui est Théophraste

Contacter Théophraste : lionelf@laposte.net

©  Textes liminaires Photos Copyright Théophraste 2015 – All rights reserved

Publicités