Dernières fleurs…

…pour un bide climatique

Tous les termes écrits en bleu sont des liens cliquables. (Accès à plus d’info, des vidéos). Pour accéder au menu déroulant des articles déjà publiés cliquer sur Thébaïde News, en haut de page.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A l’issue du sommet sur le climat en décembre 2009 à Copenhague le négociateur danois pleurait. Soyons rassurés, en ce début décembre 2015 si doux, au Bourget, à l’issue de la « COP 21 »,  Fabius ne versera pas une larme. Il trouvera sûrement qu’on a avancé et que le climat, la planète, la biodiversité, la vie quoi, sont en passe d’être sauvés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le président du changement c’était maintenant (et de la quadrature de l’inversion de la courbe) reprendra tout ça à son actif et l’été prochain, ou un été à venir, on priera pour que sous nos douces latitudes océaniques et tempérées une canicule prolongée ne vienne pas poser de cruciaux problèmes de refroidissement à l’une ou l’autre de nos chères centrales nucléaires (Une énergie propre sans gaz à effet de serre ! On oublie les déchets, c’est pour les générations futures, « nos enfants », on les aime tant…), notamment celles qui dépendent de ce magnifique fleuve, le dernier fleuve sauvage d’Europe, mais à l’étiage incertain, la Loire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA  OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ces dernières fleurs ont été photographiées les 17 et 18 novembre 2015.

Et puis d’ici 2021 (Prochaine COP ?) , on aura fabriqué et livré des centaines d’avions, des millions de voitures, des tonnes d’armes (Pour qui au fait ? Mais pas seulement la France bien entendu), et pour ce qui est de l’hexagone on aura fait le « grand Paris », on aura construit de nouvelles tours comme à Dubaï (mais labellisées HQE, Haute Qualité Environnementale), la LGV Lyon-Turin, l’aéroport Notre Dame des Landes et on en passe…

Et Daesh ne sera plus qu’un mauvais souvenir. (?…)

L’avenir est donc radieux comme un franc soleil de juillet !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En attendant, Théophraste, inlassable citadin-paysan sur le modeste lopin de terre de sa thébaïde, continue à photographier quelques végétaux ordinaires, toujours supposément adaptés au climat de cette région septentrionale de l’hexagone.
Dans une, deux ou trois décennies, ses successeurs y planteront peut-être des bougainvilliers, des jasmins et des citronniers. Indifférents au reste de la planète, dès lors qu’ils pourront y mener une heureuse existence consumériste, hédoniste, intelligemment connectée, voire transhumaniste et cerise sur le figuier, pour tout dire, méditerranéenne !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA 

Alors pour sauver ultimement le climat (et la planète, et la vie, et tutti quanti ! ), un graffiti relevé par ce vilain Théophraste, Cassandre climatique (entre autre), il y a déjà bien des mois sur un mur lépreux de l’un de ces arrondissements défavorisés de Paris où le portent plus volontiers ses pas que vers les beaux quartiers, un graffiti que pourraient méditer tous les employés de banque (mais de luxe, dont la plupart sont d’ailleurs « démocratiquement élus ») qui président aux destinées de ce monde et à ses fins dernières…

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour mémoire :
La canicule, Dieu, le FRIC

_______________________________________________

A propos :
Dans un monde de douleur et d’effroi

Théophraste ne prétend pas changer la société et encore moins le monde. Il conçoit et diffuse ce blog comme il le peut, d’abord et avant tout pour témoigner de ses inquiétudes et de son indignation mais aussi de sa confiance en la nature qu’il se garde cependant de déifier. Il espère ce faisant, dans un contexte de déshumanisation globale, préserver sa propre humanité et peut-être, sans trop savoir ni prétendre, celle de ses éventuels et fugaces lecteurs. Par ailleurs, les croyances, les incohérences, les appétits de réussite, de pouvoir, d’argent, de sexe, l’orgueil souvent démesuré, l’ordinaire mépris que nuance à peine l’indifférence, la méfiance souvent pathologique, les susceptibilités souvent maladives, le besoin souvent compulsif de dominer et d’être le plus fort, la jalousie souvent insidieuse, l’hypocrisie et la lâcheté souvent sans bornes, le perpétuel côtoiement de l’intelligence et de la bêtise chez ses « frères humains »* le laissent pantois. Il réfute tous les mots en isme, à commencer par le nihilisme, et ne s’estime pas plus philosophe qu’écrivain (en dépit de son nom de « plume » qui est aussi un prénom). Il est vrai qu’il écrit mais si peu…

S’il dérange ce n’est ni par plaisir, ni par goût de l’exagération, mais par un besoin vital d’ajustement au réel, à ce qui est et à ce qui devient dans ce monde de douleur et d’effroi. Enfin hormis la perception factuelle et quasi quotidienne de tout ce qui précède, il n’a au fond de lui même qu’une seule certitude, c’est qu’il ne sait rien.

* Frères humains, qui après nous vivez,
N’ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
François Villon (1431-1463)
La Ballade des pendus


Pourquoi Thébaïde News : lire Présence et retrait

Lire aussi :
Qui est Théophraste

Contacter Théophraste : lionelf@laposte.net

©  Copyright texte et photos Théophraste 2015 – All rights reserved

Publicités