Encore un printemps…

Tous les termes écrits en bleu sont des liens cliquables. (Accès à plus d’info, des vidéos). Pour accéder au menu déroulant des articles déjà publiés cliquer sur Thébaïde News, en haut de page.

La nature impavide accomplit son éternel projet en certaines régions du globe dites continentales ou tempérées (pour combien de temps encore?).
Ici ou là un curieux animal dont le volume cérébral est supérieur à celui de tous les autres animaux (don de la nature ?!), un curieux animal autoproclamé humain, continue de s’en émouvoir. Cependant que l’incommensurable multitude de ses congénères peuplent le vaste monde de leur indifférence et de leur avidité ordinaires.

Qu’est-ce en effet qui pourrait bien empêcher la Terre de tourner et les camemberts de se faire disait Jacques Prévert ?

      OLYMPUS DIGITAL CAMERA   OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le mégalocéphale immodeste pétri de « cultures » et de « civilisations » détient des réponses supranaturelles ou au ras des pâquerettes quand elles ne sont pas « scientifiques » et pourquoi pas « algorithmiques ». Les mystico-sensibles (parmi lesquels on pourrait ranger Théophraste, même sans les définir car cela donnerait lieu à moult controverses*) continuent quant à eux à parler en terme de « mystère » dès lors qu’ils refusent le mot clé aux milliards d’occurrences qui seul rassure encore les milliards de mégalocéphales apeurés sachant bien que la mort d’une pâquerette signe la leur à échéance. Question de « temps relatif » comme disait Philippe Soupault

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ces mystico-sensibles ont au moins le mérite de s’interroger sur ce que peuvent bien signifier vivre et exister et ultimement, faute de parvenir à se représenter le néant du néant, ontologiquement et perpétuellement ramenés à leur condition de vulnérable et mortel avatar du vivant telle l’humble pâquerette, faute de mieux, par défaut et parfois à leur mental défendant, n’ayant que ce vocable aussi adoré et abhorré que dévoyé au point qu’il résonne souvent comme une ineptie ayant suscité dans l’universelle culture et l’imaginaire hyper-fertile des mégalocéphales tant de fariboles dévastatrices prétextes à toutes formes de spoliations, dominations, massacres, génocides, ils n’ont d’autre ressource pour calmer leur angoisse existentielle ( plus pernicieuse à mesure que l’animal humain vieillit, sauf à s’accorder, mais comment, une nouvelle jeunesse : hormones, liftings,transhumanisme !) que de s’en remettre, consciemment ou non, à DIEU !

* Il existe déjà un beau fatras lexical pour qualifier la relation du mégalocéphale commun avec la nature, le réel (trop souvent irréel !) et la religiosité, le sentiment de sacralité qui en découlent : religieux, croyant, pieux, impie,  incroyant, mécréant, apostat, blasphémateur, profanateur, anticlérical, bouffeur de curé (connoté 19e siècle français, religion catholique), cathophobe, islamophobe (plus récents, le catalogue des phobies de tous ordres s’accroît d’ailleurs de jour en jour) et plus sérieusement agnostique, athée. On en passe sûrement.

En alternative à « Dieu » certains esprits s’imaginant plus éclairés que les autres (tel Théophraste ?! Mais de quelle(s) lumière(s) ?) parlent aussi de « l’Autre », d’une « Énergie », d’un « Mystère »… ou de rien (comme Théophraste) !

Mais soyons rassurés, il se trouvera bien un mégalocéphale plus performant que les autres pour percer ce « mystère » de manière définitive et irrévocable et à coup de robotique, d’algorithmes, d’intelligence artificielle (en passe de devenir littéralement une seconde nature) contribuer à l’avènement d’un SMART GOD (in « Smart God we trust », écriront les États-uniens sur leur joli billet vert).

Ainsi comprendrons nous enfin pourquoi malgré tous nos mysticismes, toutes nos religions, nos philosophies, nos morales, nos justices, nos droits de l’homme, nos royautés, nos dictatures, nos démocraties, nous nous massacrons avec une inépuisable ferveur depuis des millénaires au grand dam de l’Histoire avec un grand H comme HUMAIN !

Encore un printemps toujours aussi riche des promesses de la NATURE ! Les seules qui vaillent !…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et pour éclaircir un peu cette perception aussi terrible que factuelle de l’humanité on peut se faire un peu de bien à l’âme en écoutant ICI Le Printemps de VIVALDI, car l’humanité c’est aussi cela. (Une vidéo superbe : la musique et des photos magnifiques, 3’34).

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

________________________________

A propos :
Dans un monde de douleur et d’effroi

Théophraste ne prétend pas changer la société et encore moins le monde. Il conçoit et diffuse ce blog comme il le peut, d’abord et avant tout pour témoigner de ses inquiétudes et de son indignation mais aussi de sa confiance en la nature qu’il se garde cependant de déifier. Il espère ce faisant, dans un contexte de déshumanisation globale, préserver sa propre humanité et peut-être, sans trop savoir ni prétendre, celle de ses éventuels et fugaces lecteurs. Par ailleurs, les croyances, les incohérences, les appétits de réussite, de pouvoir, d’argent, de sexe, l’orgueil souvent démesuré, l’ordinaire mépris que nuance à peine l’indifférence, la méfiance souvent pathologique, les susceptibilités souvent maladives, le besoin souvent compulsif de dominer et d’être le plus fort, la jalousie souvent insidieuse, l’hypocrisie et la lâcheté souvent sans bornes, le perpétuel côtoiement de l’intelligence et de la bêtise chez ses « frères humains »* le laissent pantois. Il réfute tous les mots en isme, à commencer par le nihilisme, et ne s’estime pas plus philosophe qu’écrivain (en dépit de son nom de « plume » qui est aussi un prénom). Il est vrai qu’il écrit mais si peu…

S’il dérange ce n’est ni par plaisir, ni par goût de l’exagération, mais par un besoin vital d’ajustement au réel, à ce qui est et à ce qui devient dans ce monde de douleur et d’effroi. Enfin hormis la perception factuelle et quasi quotidienne de tout ce qui précède, il n’a au fond de lui même qu’une seule certitude, c’est qu’il ne sait rien.

* Frères humains, qui après nous vivez,
N’ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
François Villon (1431-1463)
La Ballade des pendus



Pourquoi Thébaïde News : lire 
Présence et retrait

Lire aussi :
Qui est Théophraste

Contacter Théophraste : lionelf@laposte.net

©  Copyright texte et photos Théophraste 2016 – All rights reserved

Publicités