Migrants : La conscience de l’Europe ?

Tous les termes écrits en bleu sont des liens cliquables. (Accès à plus d’info, des vidéos). Pour accéder au menu déroulant des articles déjà publiés cliquer sur Thébaïde News, en haut de page.

Dans sa récente homélie pascale, sur la question des migrants le pape a stigmatisé « la conscience insensible et anesthésiée de l’Europe »

Que doit on comprendre par là ? Qu’il existerait une conscience collective commune à tous les citoyens d’Europe ? On en est bien loin quand on voit comment les pays qui la composent réagissent en ordre dispersé et contradictoire face à l’afflux des migrants. On ne va pas refaire le tableau affligeant de ce qui advient depuis des mois et des années, de Calais à Idomeni en passant par Lampedusa. De même qu’on ne s’étendra pas sur le marché de dupes conclu récemment avec la Turquie : déportations et troc de migrants pour 6 milliards d’€ par le biais d’un pays fragile où se multiplient les attentats, un pays qui fait la guerre aux Kurdes qui eux mêmes combattent Daech (!), un pays qui a déjà 3 millions de réfugiés sur son sol. L’ONU a d’ailleurs jugé illégales les expulsions collectives de migrants qui ont cependant commencé.

Ainsi elle en a de la ressource la vieille Europe… Qu’on se rassure, la honte, comme le ridicule ne tue pas. Bernard Kouchner peut dire haut et fort sur France Culture (Les Matins, 4/4/16) que l’Europe s’est « fracassée » sur la question des migrants, en dehors des ONG, des soutiens et des défenseurs des droits humains, les Européens sont plutôt atones sur la question et ne se montrent guère choqués du comportement de leurs dirigeants. Ils ont d’ailleurs ceux qu’ils méritent. Ne les élisent-ils pas démocratiquement ?

Et ils n’ont rien à craindre… A tout le moins dans l’immédiat. Car la dissuasion supposée autant qu’espérée ne fonctionne pas et tous ces humains qui cherchent à sauver leur peau continuent d’arriver chaque jour. Le printemps est suivi de l’été, la mer est plus clémente… Que pourra y faire Frontex ? A moins que d’utiliser de grands moyens ostensiblement indignes et qui susciteraient une réprobation universelle…

Par ailleurs l’insensibilité dont parle le pape n’est qu’un épiphénomène de ces eldorados de la surconsommation que sont devenus les pays européens. Si pour le « Saint Père » ça peut faire une conscience… En tout cas ça lui donne l’occasion de se médiatiser pour une si bonne cause. Déjà en 2013 à Lampedusa il avait fustigé « la mondialisation de l’indifférence ». Belle formule mais n’est-elle pas une conséquence de la mondialisation de l’économie au service de la finance et des superprofits, des ventes d’armes, du sacro-saint business dont les chevaliers servants sont dans les palais gouvernementaux et les méga institutions qui régissent l’ultime médiateur des relations dites humaines, le FRIC. Et en surfant sur ce scandale inter étatique de l’inhumanité le pape ne tente rien moins, selon ses dires, que de « réveiller la conscience de l’Europe ».

Au fait c’est quoi l’Europe ? Ces individus policés qui se réunissent à Bruxelles, « démocratiquement élus » dans leurs pays respectifs ( la commission qui produit les directives ne l’est pas !), le drapeau aux étoiles et l’hymne à la joie, l’euro, la concurrence (sacro-sainte concurrence) « libre et non faussée » ? Et quoi encore ? Ah pas de fiscalité commune (et un fort potentiel d’évasion fiscale), la libre circulation mise à mal par les migrants, pas de gardes frontières européens. On va y songer. Il faut bien que les affaires continuent, qu’on arrive enfin à signer le TAFTA, à imposer petit à petit les cultures OGM, à satisfaire les multinationales, les banques, les oligarchies de tous poils, bref les dominants même si la soudaine affaire des Panama papers risque de créer quelques remous malencontreux. On trouvera la parade.
La commission européenne n’a d’ailleurs pas tardé . Elle a édicté une directive sur « le secret des affaires » (cf l’article du Monde, 14/4/2016) qui a été votée à une large majorité par le Parlement. Ces braves députés européens «démocratiquement élus» sont d’excellents protecteurs du business et  comme le dit Irène FRACHON, célèbre lanceuse d’alerte qui a fait éclater le scandale du Mediator : « Le secret des affaires, c’est mettre les choses sous le tapis. » (France Culture, les Matins, 19/4/2016)

« Le monde n’est que l’association des coquins contre les gens de bien, des plus vils contre les plus nobles. » disait déjà Leopardi au début du 19e siècle et les coquins dont la conscience est un cloaque ont une panoplie de vilains tours dans leur sac…

C’est donc ça la « conscience de l’Europe ». Nos élus en sont les piètres représentants. Et on ne leur en voudra pas de n’arriver à aucun accord digne et sensé sur cette question des migrants. Globalement les citoyens qu’ils représentent n’en veulent pas, à commencer par les pays dits de l’Est, ex-communistes, qui accepteraient bien à la rigueur quelques migrants chrétiens mais surtout pas de musulmans.

En fait pratiquement tous les européens s’accordent sur un point. Ils veulent se le garder pour eux leur eldorado de la conso. C’est tout ce qui leur reste, même s’il est tout à coup gravement menacé par le terrorisme !

Oui comme le dit le pape, leurs consciences, leurs petites consciences individuelles sont anesthésiées. Sans la bagnole, le supermarché, la télé, le smartphone ils ne pourraient plus vivre. Anesthésiés et sous perfusion quotidienne à base d’infos stressantes, de jacasseries politiciennes, de pubs imbéciles et (ou) perverses, ils « ne croient plus en rien » comme ils se plaisent à le dire, se replient sur eux mêmes et ont parfois du mal à dormir…

En 1961, dans son Essai d’exploration de l’inconscient, le psychanalyste C. G. JUNG  qualifiait l’inconscient collectif de « dépôt à ordures morales ». Cinquante cinq ans plus tard n’est-il pas devenu une incommensurable décharge dans laquelle, que nous le voulions ou non, nous pataugeons tous ? Sauf peut-être les croyants de tous les horizons spirituels qui le 16/4/2016 ont pu voir le « Saint Père » visiter le camp de Moria à Lesbos  en compagnie de ce pauvre Tsipras, victime comme tout le peuple grec de la rapacité des dominants et de leur imparable finance. Tous ces croyants peuvent se faire une bonne conscience à peu de frais en admirant le beau geste de François qui a ramené dans son avion papal trois familles de réfugiés syriens soi-disant tirées au sort, en fait bien sélectionnées et a lancé aux milliers d’autres « Ne perdez pas espoir ! ». Quel bel enfumage caritatif ! On l’avait déjà vu le vendredi saint se rendre dans un foyer de migrants à Rome et procéder à l’instar de Jésus (il n’y avait pas de caméras à l’époque !) au « lavement des pieds ». Accompagné d’un officiant en chasuble qui d’un récipient doré (peut-être était ce de l’or) versait l’eau lustrale sur les pieds nus de quelques pauvres migrants choisis et volontaires, cependant que le grand homme en blanc les essuyait doucement avant de les embrasser. Quoi de plus beau, de plus touchant, de plus noble ?

De quoi faire oublier à des centaines de millions de téléspectateurs tous les mauvais traitements que subissent les dizaines de milliers d’afghans, africains, irakiens, iraniens, pakistanais, syriens (et on en passe) qui après un parcours périlleux et hyper éprouvant, quand ils ont eu la chance de survivre, se font bloquer et réprimer aux frontières, entasser dans des camps, derrière des barbelés, souvent sans hygiène, sans soins médicaux, nourris parcimonieusement, et lorsqu’ils se révoltent comme à Idomeni, on les réprime à coup de gaz lacrymogènes et de balles en plastique. En fait c’est ça l’Europe, c’est ce spectacle là. Et au cœur de ce vieux continent de culture et de civilisation, la France, autoproclamé « pays des droits de l’homme » n’est pas en reste. En témoignent ces campements de réfugiés clochardisés sous les métros aériens de Paris, régulièrement évacués par la police et qui se reconstituent presque immédiatement comme celui qui par nécessité persiste actuellement à Stalingrad, signes patents d’une indignité collective et finalement assumée. Et là ces pauvres gens dépendent entièrement de la générosité et de la bienveillance d’ONG et de soutiens qui se constituent en collectifs pour les nourrir et les aider, palliant ainsi les carences de l’État qui n’applique même pas ses propres lois puisque des femmes, des enfants, des mineurs sont ainsi à la rue et en danger. L’inhumanité est criante lorsque par exemple dans cet échangeur du métro Saint-Lazare où se croisent sans cesse au gré des multiples escalators des milliers de voyageurs, on voit des hommes, des femmes parfois avec enfants brandir un carton sur lequel est écrit « Syrian family » et , dans l’espoir de recueillir une petite pièce, interpeller en arabe, la seule langue qu’ils connaissent, ces voyageurs pressés qui ne leur accordent pas un regard.

europe_hell-11ffc

Quant à ceux à qui les « autorités » ont offert un hébergement temporaire ils se retrouvent parfois dans des centres loin de tout où on ne les ménage pas. Ainsi en septembre dernier on a même proposé à certains d’entre eux un hébergement dans une annexe d’un hôpital psychiatrique à Nanterre. Quand ils ne sont pas contents on les remet à la rue. Lire à ce propos les témoignages rapportés par Merhaba (Bienvenue en arabe), le Journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant(e)s. ICI : la page facebook.

Un témoignage : « Beaucoup d’entre nous sont morts en traversant le désert et la mer. Le peu qui est arrivé en France espérait une vie digne sur cette terre d’asile et des droits de l’homme, comme elle est présentée dans les médias. Mais l’accueil a été la misère des rues, la clochardisation, la pluie, le froid et le dénuement . » (Merhaba / Bienvenue n° 4, 13/2/2016)

Sur Investig’action, le site du journaliste belge Michel Collon on peut lire cet article qui résume très bien ce qui est en train de se passer :

La planification d’une déportation de masse : Chronique de « l’ensauvagement » de l’UE (= lien vers le texte complet)
Extraits
Les réfugiés sont lucides sur le sort qui leur est réservé : mardi 22 mars, 4 jours après la signature de l’accord un réfugié désespéré s’immole par le feu dans le camp d’Indomeni à la frontière entre la Grèce et la Macédoine pour protester contre cette situation de parcage à la frontière dans des conditions inhumaines.

Comment simplement penser qu’une Turquie qui accueille déjà 3 millions de réfugiés puisse en accueillir des dizaines de milliers supplémentaires dans des conditions dignes ? La vérité crue s’impose : l’accueil sera inévitablement une détention de masse dans des camps sous surveillance militaire. Les victimes de nos guerres et de nos pillages sont ainsi transformées en coupables à surveiller et à enfermer. Les camps de la honte font désormais partie du paysage légal de la grande Europe.
(…)
Non seulement il n’y a aucun danger d’invasion, mais l’Europe est à la fois par ses politiques économiques et militaires une des principales causes des exils forcés et une des régions les moins accueillantes du monde. Contribuer fortement à produire la misère du monde en refusant de l’accueillir ensuite, telle est la réalité de l’Union Européenne.
(…)
La construction d’un climat anxiogène à propos des réfugiés sous la forme de l’invasion, de la menace terroriste et de l’agression sexuelle dans une société taraudée par l’inquiétude pour l’avenir et la fragilisation sociale du fait des politiques d’austérité ne peut avoir comme conséquence que le développement du racisme pour le pire et de l’indifférence pour le mieux. L’accord de la Honte signé entre l’Union Européenne et la Turquie s’appuie sur cette indifférence médiatiquement et politiquement construite. Il a comme conséquence logique inévitable : la banalisation des rafles et des camps c’est-à-dire un « ensauvagement de l’Europe ».

Lire également ICI sur le site dAmnesty International :
Après l’accord UE-Turquie : Les réfugiés de plus en plus en danger. Des expulsions forcées vers la Syrie. Des enfants parmi les victimes d’expulsions.

Terminons par quelques références littéraires !

De même qu’on peut suivre Gassendi et La Fontaine dans son Discours à Madame de la Sablière pour prêter une âme aux animaux, on peut tout aussi légitimement s’interroger sur celle des Européens et pastichant Lamartine les exhorter ainsi :

Humains dénaturés avez-vous donc une âme
Qui s’attache à d’autres âmes et vous force d’aimer ?
*

Enfin n’oublions pas que l’hostilité est le revers étymologique de l’hospitalité

* La référence lamartinienne :
« Objets inanimés avez-vous donc une âme
Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? »

Migrants : la solution

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

________________________________

A propos :
Dans un monde de douleur et d’effroi

Théophraste ne prétend pas changer la société et encore moins le monde. Il conçoit et diffuse ce blog comme il le peut, d’abord et avant tout pour témoigner de ses inquiétudes et de son indignation mais aussi de sa confiance en la nature qu’il se garde cependant de déifier. Il espère ce faisant, dans un contexte de déshumanisation globale, préserver sa propre humanité et peut-être, sans trop savoir ni prétendre, celle de ses éventuels et fugaces lecteurs. Par ailleurs, les croyances, les incohérences, les appétits de réussite, de pouvoir, d’argent, de sexe, l’orgueil souvent démesuré, l’ordinaire mépris que nuance à peine l’indifférence, la méfiance souvent pathologique, les susceptibilités souvent maladives, le besoin souvent compulsif de dominer et d’être le plus fort, la jalousie souvent insidieuse, l’hypocrisie et la lâcheté souvent sans bornes, le perpétuel côtoiement de l’intelligence et de la bêtise chez ses « frères humains »* le laissent pantois. Il réfute tous les mots en isme, à commencer par le nihilisme, et ne s’estime pas plus philosophe qu’écrivain (en dépit de son nom de « plume » qui est aussi un prénom). Il est vrai qu’il écrit mais si peu…

S’il dérange ce n’est ni par plaisir, ni par goût de l’exagération, mais par un besoin vital d’ajustement au réel, à ce qui est et à ce qui devient dans ce monde de douleur et d’effroi. Enfin hormis la perception factuelle et quasi quotidienne de tout ce qui précède, il n’a au fond de lui même qu’une seule certitude, c’est qu’il ne sait rien.

* Frères humains, qui après nous vivez,
N’ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
François Villon (1431-1463)
La Ballade des pendus



Pourquoi Thébaïde News : lire 
Présence et retrait

Lire aussi :
Qui est Théophraste

Contacter Théophraste : lionelf@laposte.net

©  Copyright Théophraste 2016 – All rights reserved

Publicités