Réfugiés : l’effondrement moral des européens

Et plus généralement des occidentaux

Montaigne (1533- 1592) est toujours considéré comme un des grands écrivains français On l’enseigne toujours au lycée, en principe…

« On demandait à Socrate d’où il était . Il ne répondit pas : « D’Athènes », mais : « Du monde ». Lui qui avait son imagination plus pleine et plus étendue, embrassait l’univers comme sa ville, jetait ses connaissances, sa société et ses affections à tout le genre humain, non pas comme nous qui ne regardons que sous nous. »
Montaigne , Essais, I, 26, De l’institution des enfants

Quel humain tiendrait ce genre de réponse de nos jours ? Ainsi suis-je de Paris, de France, de Munich, d’Allemagne mais aussi d’Alep, de Syrie, de Khartoum, du Soudan etc… La liste pourrait être aussi longue que fastidieuse et ne traduire que des réalités monstrueusement inégalitaires. Si nous nous pensions tel Socrate « du monde », accepterions nous un seul instant dans l’indifférence et (ou) le rejet qui prédominent majoritairement en Australie, aux États-Unis, en Europe (et notamment en France) ce que nos médias, nos politiques, nos (ir)responsables « démocratiquement élus » qualifient sentencieusement de « crise migratoire », « crise des réfugiés ». Elle a bon dos cette notion de crise. Ne naviguons nous pas de crise en crise, de la « crise du pétrole » des années 70 à la « crise financière » de 2008 ? Et on ne remontera pas jusqu’en 1929…

Mais la « crise migratoire », la « crise des réfugiés », ce sont des humains qui meurent par milliers en Méditerranée, des milliers d’autres qui certes sont secourus par les italiens, les grecs que l’Europe n’aide d’ailleurs pratiquement pas, et qui se trouvent à errer dans l’espace Schengen et notamment en France où les procédures de demande d’asile sont loin d’être respectées pour tous. Ce sont aussi les campements parisiens indignes de Stalingrad évacués une trentaine de fois en forme de rafles policières depuis l’été dernier, le plus souvent sous la contrainte et les brimades (gaz lacrymogènes, matraques et la protestation des migrants : « We are humans, not animals ! « Nous sommes des humains, pas des animaux ! »), avec délivrance ponctuelle d’OQTF (Obligation à Quitter le Territoire Français), quelques hébergements par ci par là pour les plus chanceux, l’ouverture récente à Paris d’un « campement humanitaire », en fait un hot spot de 400 places à ce jour (centre de tri ! où « ils pourront se poser une dizaine de jours », avant quoi ?), l’évacuation de la « jungle » de Calais vers des CAO (Centres d’Accueil et d’Orientation) ouverts dans la précipitation et diversement accueillis au cœur de la France profonde, une évacuation superbement médiatisée et récupérée en terme de misérabilisme électoraliste par le président de la république lui-même ; toutes ces opérations bénéficiant du relais opportun des médias qui savent se taire ou se manifester au bon moment.

ICI une vidéo de 3’46 sur une soit-disant « mise à l’abri » le  17/8/2016  (entrave au droit d’asile ?)
ICI une autre vidéo de 14′ intitulée « C’est la traque » Eh oui ! Ça s’est passé comme ça !

Et puis il y a les chiffres et les faits. Ceux que l’on peut relever de temps à autre au hasard d’un journal plus objectif qu’un autre. Ainsi sur France Culture (4/11/16 – 18 h) : 1200 secourus en Méditerranée ce jour là, mais aussi 240 morts le même jour et 4220 depuis le 1er janvier 2016 pour 160000 arrivées en Italie depuis la même date. Et le propos réitéré selon lequel « un génocide » est en train de s’accomplir en Méditerranée. Un de plus dans l’épouvantable histoire de l’humanité, de NOTRE HUMANITÉ !

Des chiffres mais aussi des faits.

Exemples récents relevés dans l’actualité médiatique :

En France, enfermements d’enfants dans les CRA (Centres de Rétention Administrative) condamnés par la Cour Européenne des droits de l’homme. C’est bien le moins !

Amnesty dénonce des actes de torture sur les migrants pour les contraindre à donner leurs empreintes digitales :

« Les pressions de l’Union européenne sur l’Italie pour qu’elle se montre dure envers les migrants et les réfugiés, ont conduit à des expulsions illégales et à de mauvais traitements qui, dans certains cas, sont assimilables à de la torture. »
Lire plus ICI

Le Centre Primo Levi
relève le fait qu’en France parmi les « déboutés » du droit d’asile se trouvent des personnes qui ont été victimes de la torture et d’autres formes de violence politique dans leur pays, et dont la vie y est toujours menacée (plus de 50% des patients suivis en 2015).

Extraits du rapport :  Persécutés au pays, déboutés en France

La France est l’un des pays européens où les chances d’obtenir l’asile sont les plus faibles : en 2015, elle a rejeté 67% des demandes, contre 47% en moyenne en Europe. C’est le 25ème pays en termes de taux d’octroi.

Les failles de la procédure d’asile en France :
Un manque de prise en compte des troubles de mémoire et autres effets du psychotraumatisme qui peuvent fausser le jugement.
• Des procédures inadaptées aux personnes victimes de la torture et de la violence politique.
• Des interprètes pas toujours à la hauteur.
• Des avocats pas toujours consciencieux.
• Et de façon générale, un esprit de suspicion qui consiste à « débusquer le mensonge » dans une procédure où tout ne peut pourtant pas être prouvé (les tortionnaires ne laissent pas de certificat…).

Les impacts : Refuser l’asile à une personne qui a subi des persécutions, c’est…
• Nier son vécu
• Donner raison aux tortionnaires qui ont voulu la faire taire
• Prolonger l’impunité dont elle a été victime
• Raviver ses traumatismes
• La mettre au ban de la société.

L’État français renforce actuellement sa politique d’expulsion des personnes déboutées du droit d’asile sans considération des risques de persécution qu’elles encourent dans leur pays.
Il en fait des personnes doublement dévastées.
Lire plus ICI (avec accès au rapport complet)

En résumé et en ne s’attardant pas sur les ex pays de l’Est ( Hongrie, Pologne …) qui sont dans un rejet quasi absolu, sur le Royaume Uni qui a réussi à imposer que sa frontière soit à Calais et où les tabloïds mènent actuellement une campagne de dénigrement raciste contre les migrants présentés comme des animaux, allant même jusqu’à les comparer à des cafards et à des vers de terre (France Culture, les Matins 22/11/2016), sur l’Allemagne qui a généreusement accueilli plus d’un million de réfugiés majoritairement syriens en 2015 (une générosité pas totalement désintéressée dans un pays vieillissant faisant face à un déficit de naissances et ayant besoin de sang neuf, ne serait-ce que pour occuper les emplois bas de gamme), la politique menée par l’Europe doit être regardée au prisme des effets qu’elle produit et qui sont globalement désastreux. Et nous reviendrons un peu plus loin sur les errements français en période pré-électorale…

Le pacte conclu par l’Europe avec la Turquie ( un pays en pleine dérive dictatoriale et qui se propose de rétablir la peine de mort) pour qu’elle fasse le sale boulot et bloque les migrants contre rétribution financière et autres avantages risque de ne pas faire long feu compte tenu de ce qui s’y passe au jour le jour. Et qu’adviendra-t-il alors ?

La riche Allemagne (!) y pense sans doute qui serait prête à investir des millions d’euros en mettant en œuvre une sorte de « plan Marshall » dans les pays africains, dans l’espoir de persuader les migrants de rester chez eux. Lire ICI (c’est en anglais).

Le paradoxe c’est quand même cet incroyable hiatus humanitaire sur un continent qui se prétend à la pointe des droits humains et notamment en France alors qu’une telle situation est aussi et surtout la conséquence du colonialisme d’hier, du néocolonialisme d’aujourd’hui, de toutes ces guerres que l’Occident a menées, des guerres pour le fric, pour le pétrole, pour les matières premières, pour le pillage et la prédation d’une oligarchie d’hyper-riches, pour satisfaire à ce que Jean ZIEGLER appelle « l’ordre cannibale du monde », lui qui œuvre depuis des décennies à le combattre et qui souhaite le détruire notamment par ce qu’il dénomme « l’intégration subversive ». Son dernier livre :
Chemins d’espérance ouvre à cet égard des perspectives (Sous-titre : Ces combats gagnés, parfois perdus mais que nous remporterons ensemble).
Lire ICI une interview qui donne aussi accès à une vidéo entretien sur TV5 Monde.

Cependant l’urgence demeure, particulièrement à Paris où par exemple la situation des mineurs étrangers isolés est intolérable :

«  Des dizaines de mineurs isolés étrangers arrivent tous les jours à Paris. Ils viennent du Soudan, d’Afghanistan, d’Érythrée, d’Éthiopie, du Congo, de Guinée, du Mali. Ils ont entre 13 et 18 ans. La Mairie de Paris a la responsabilité de les accueillir en leur donnant un toit et en les scolarisant. Mais dans les faits, le dispositif d’évaluation des mineurs isolés étrangers confié à la Croix Rouge rejette 9 mineurs sur 10. Tout le système mis en place par la Mairie est conçu pour les rejeter systématiquement : évaluation de la minorité au faciès, entretiens bâclés, refus de reconnaître l’authenticité des documents présentés. Tout le système d’évaluation a pour seul objectif de rejeter la quasi totalité des dossiers. La Mairie de Paris produit ensuite un double discours : officiellement, dans les médias, elle affirme tout mettre en place pour accueillir, mais dans les faits, elle laisse des centaines d’enfants à la rue à la merci de réseaux mafieux, sans scolarisation, livrés à eux-mêmes. »

« Ces mineurs subissent de fait une maltraitance institutionnelle à caractère discriminatoire. En effet, aucun département récalcitrant à l’égard de ces jeunes migrants ne remet en cause son soutien aux jeunes Français dans une situation similaire. »

Or signataire de la Convention internationale des droits de l’enfant du 20 novembre 1989, la France s’est engagée à protéger tous les enfants relevant de sa juridiction, « indépendamment de toute considération de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, de leur origine nationale, ethnique ou sociale. » (article 2)

A Paris, la situation est catastrophique. Des mineurs sont rejetés à la rue chaque jour.

Voir ICI la vidéo aussi récente qu’accablante qui confirme ces dires.

Ne se dégage-t-il pas pour qui considère tout ceci avec sérieux un formidable sentiment d’indignité ?

Une indignité collective et presque consensuelle mais qui nous atteint aussi individuellement, qui que nous soyons, car hormis quelques collectifs de militants hyper impliqués qui sont parfois victimes de la répression policière au même titre que les migrants et dont on ne peut que saluer le courage (tels le Collectif La Chapelle Debout et le Collectif Parisien de Soutien aux Exilés, pour n’en citer que 2), hormis les solidarités parfois touchantes d’anonymes et la mobilisation des grandes associations humanitaires comme Amnesty international, la Cimade, le Gisti, Médecins du monde ou de plus modestes telle United Migrants, pour ne citer que celles-là, l’immense majorité de la population ne réagit guère.

Si selon le propos d’un ancien ministre socialiste : « Nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde » (un  propos repris comme une antienne déculpabilisante), nous pourrions peut-être compenser celle que nous avons créée. Et c’est peut-être aussi de notre intérêt dès lors qu’elle va nous submerger… Les montants faramineux de l’évasion fiscale en France comme en Europe et dans le monde entier devraient y pourvoir.

Il y a donc également urgence à s’interroger.

Effondrement moral des européens, effondrement moral des occidentaux, en prémices d’un effondrement global ? Comme le disent les migrants, nous sommes tous «  des humains, pas des animaux ». Cette dénégation de l’humain aura un prix qui ne se chiffrera peut-être ni en euros, ni en dollars (encore que…) mais qui nous coûtera très cher…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A peine lisible : Aux soldats noirs morts pour la France 
Un cénotaphe oublié au Jardin tropical de Paris, un jardin multiculturel reflétant le passé colonial de la France, un jardin mélancolique et à l’abandon,  à l’extrémité orientale du bois de Vincennes, qui fut le site d’une exposition coloniale à grand succès en 1907 et d’une exhibition « d’indigènes » qualifiée  bien plus tard de zoo humain.

_______________________

Pourquoi Thébaïde News : lire Présence et retrait
Lire aussi :
Qui est Théophraste
___________________

Voir aussi La bibliothèque de Théophraste :
Éclectisme poético-philosophico-littéraire au fil des jours.

Contacter Théophraste : lionelf@laposte.net

©  Copyright Théophraste 2016 – All rights reserved

Publicités