« Si haut que l’on soit placé…

 

… on n’est jamais assis que sur son cul. »

Michel de Montaigne (1533-1592)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Arboretum de l’École du Brueil (Bois de Vincennes) 15/8/2016

La nature a de ces fantaisies et parvient parfois à rappeler aux plus riches et aux plus puissants ce qu’ils ont de commun avec le dernier des humains .

« Une personne sur dix dans le monde vit avec moins de deux dollars par jour. »

Dans un récent rapport de l’ONG britannique OXFAM (16/1/2017), il est noté que 8 personnes se partagent à elles seules une fortune évaluée à plus de 400 milliards de dollars selon le magazine économique américain Forbes. En 2010 il fallait cumuler les richesses de 388 personnes dans le monde pour égaler ce que possède la moitié la plus pauvre de la population mondiale. En 2011 il suffit de 177 personnes.
En 2012 : 159 ; en 2013 : 92 ; en 2014 : 80 ; en 2015 : 62 et en 2016 : 8 !

Et cependant nous avons tous en commun ce que la nature nous intime de faire et ce à quoi elle nous contraint constamment. Ainsi l’hyper-riche, l’hyper-puissant évacuent comme le dernier des misérables. C’est ainsi qu’il faut se les représenter lorsqu’ils se pavanent et déploient leur arrogance et leur domination malfaisantes comme  le paon fait chatoyer  le panache de ses plumes.

Imaginons tout simplement le pape, le futur (ou l’actuel) président de la république française, les princes, les rois et les reines (Elisabeth II ? !) en panne de papier toilette !

Et ce qui est réjouissant c’est que nous finissons tous par crever !

 « Mourir ? Plutôt crever ! » disait Siné  (1928 -2016 ) 

sine

« Tous les jours vont à la mort, le dernier y arrive ».

Michel de Montaigne (1533-1592)

montaigne

_______________________

Pourquoi Thébaïde News : lire Présence et retrait
Lire aussi :
Qui est Théophraste
___________________

Voir aussi La bibliothèque de Théophraste :
Éclectisme poético-philosophico-littéraire au fil des jours.

Contacter Théophraste : lionelf@laposte.net

Publicités

Une réflexion au sujet de « « Si haut que l’on soit placé… »

Les commentaires sont fermés.