Un jardin d’utopie (s) : la thébaïde

Un jardin d’utopie, c’est ainsi qu’historiquement à Paris fut d’abord désigné le Jardin des Plantes du Roi avant qu’il ne devînt plus simplement le Jardin des Plantes annexé au Muséum d’Histoire Naturelle, un lieu merveilleux de promenade en toute saison, sauf peut-être certains dimanches après-midi ensoleillés lorsqu’il y a foule comme dans tous les espaces verts de Paris.

Alors pourquoi la thébaïde de Théophraste s’apparenterait-elle à un jardin d’utopie ?

Une utopie, selon l’étymologie grecque du terme, signifie « en aucun lieu » . Par extension, ce qui relève de l’idéal, de l’imaginaire. Une conception ou un projet qui paraît irréalisable comme dit Le Robert et qui liste pour synonymes : chimère, illusion, mirage, rêve, rêverie.

Faut-il le rappeler ? La thébaïde c’est au cœur d’une ancienne province française, une humble maisonnette en pleine nature, à l’orée d’un gros village où comme on dit « il y a tout », un terrain de dimensions modestes entièrement clos de haies d’hibiscus, forsythias, lilas,chèvrefeuilles, un bois attenant de grands sapins et de feuillus bruissant d’oiseaux, des prairies alentour où paissent pacifiquement un âne, quelques chevaux et de belles vaches blanches (qui ne savent pas ce qui les attend, voir les vidéos de L214 (si vous avez le courage regardez ici, 4’31 terrifiantes) et relire peut-être le texte d’Ovide : Rien ne meurt), avec pour horizon un moutonnement de très vieilles collines chargées d’histoire…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA Lire la suite

Publicités

Une voix me dit : Marche ! …

Où vais-je ? Je ne sais. Mais je me sens poussé
D’un souffle impétueux, d’un destin insensé.
Je descends, je descends et jamais ne m’arrête.
Si, parfois, haletant, j’ose tourner la tête,
Une voix me dit : « 
Marche ! » et l’abîme est profond,
Et de flamme ou de sang je le vois rouge au fond !

Hernani
Victor HUGO (1802-1885)

Pure réminiscence que de citer ici ces vers de Victor Hugo dans Hernani, activée peut-être par le mot marche qu’on entend si souvent prononcé par les temps qui courent.

Les « marcheurs » sont « en marche », et vers quel abîme ? (1)


victor-hugo
Lire la suite

Une psychanalyste au BHV

Il y a peu Théophraste faisait la queue au BHV Marais à Paris, un grand magasin où on trouve tout , enfin à peu près tout. Il voulait payer ses achats : moult accessoires d’arrosage pour pallier ses absences à la thébaïde car les plantes ont aussi soif que les dieux et si on ne les abreuve pas elles crèvent alors que les dieux qui poussent frénétiquement dans l’imaginaire humain sont increvables. Mais passons.

La queue était impressionnante, de longues minutes d’attente devaient être envisagées.

Théophraste précédait une dame d’un certain âge qui lui fit un sourire fatigué et la conversation démarra ainsi. Très vite ils surent que l’une était psychanalyste, qu’elle recevait en thérapie des enseignants malheureux, souffrant de l’exercice de leur métier et que l’autre avait été prof, avait craqué à un moment de ce difficile parcours mais qu’il avait tenu bon et jouissait aujourd’hui des délices de la retraite… Lire la suite

Alléluia 2016

Pour la 2016ème fois le « divin enfantt » serait venu en ce monde de douleur et d’effroi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Madonna col bambino, Musée Correr, Venise

Inutile de s’attarder sur ce qu’est devenue cette fête de l’absurde hyper-consommation occidentale et cette débauche de cadeaux inutiles, de bons sentiments, de religiosité niaise, de sur-bouffe à base de « fruits de mer », foie gras, dindes farcies, chapons fermiers, oies grasses, bûches à la crème et chocolats fourrés.

Bien sûr tout le monde ne se livre pas à de telles agapes et « Dieu merci ! », c’est le cas de le dire, certains s’emploient à faire de ces « fêtes » un moment de « sobriété heureuse » ou de partage et de tempérance raisonnée, tel Théophraste dont c’est d’ailleurs le mode de vie quotidien.

Théophraste qui cependant s’interroge en ce jour de paix quasi universelle (un oxymore du réel !). Combien faudra-t-il encore de guerres, de destructions, de massacres, de génocides, d’horreurs et de monstruosités pour que l’humanité comprenne enfin le fourvoiement ontologique de ses « religions », ses « cultures », ses « civilisations », ses « identités », ses « nationalités », ses « patries », ses « idéaux» etc, avec toujours en filigrane ses pulsions de possession et de destruction, son mythique « amour », etc, etc… (cf 70 balais banzaï). Lire la suite

70 balais ! Banzaï !

Ah ! La jeunesse !

Eh oui Théophraste est devenu septuagénaire, le jour anniversaire de la nativité de la Vierge Marie. Sous ce merveilleux augure et bien qu’ayant été élevé dans la religion catholique, apostolique et romaine, il n’a jamais été un enfant de Marie et dès qu’il a pu exercer son libre arbitre il a très vite rejeté toutes ces fariboles dévastatrices et toutes ces formes d’escroqueries morales dénommées religions, croyances et tutti quanti…

N’ayant jamais souhaité ni demandé à venir dans ce monde de douleur et d’effroi mais aussi d’horreur, de domination, de pouvoirs en tous genres et d’égoïsmes forcenés, il s’est bien gardé d’accomplir le rôle d’inséminateur auquel la nature l’avait physiologiquement destiné. Sa semence, il il l’a dispersée tous azimuts comme le fameux pissenlit du vieux dictionnaire Larousse : « Je sème à tout vent. » et comme tous ceux qui constellent aujourd’hui la prairie de sa thébaïde.

  Larousse.jpg

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Lire la suite

Crime de lèse-numérique

Tous les termes écrits en bleu sont des liens cliquables. (Accès à plus d’info, des vidéos).
Pour accéder au menu déroulant des articles déjà publiés cliquer sur ThébaïdeNews, en haut de page.

Théophraste  reprend la dernière livraison de PMO (Pièces et Main d’Oeuvre)  qui en dit long sur ce qui attend la jeunesse de ce pays.

No-TICE pour le collège

A l’automne 2014, un prof de Tourcoing est contraint de fermer son blog après une menace de blâme par le rectorat de Lille. Son crime : avoir critiqué l’usage du numérique à l’école en affirmant, par exemple : « Le numérique n’est que vernis. Là où on l’impose, c’est de la pédagogie qu’il faut prodiguer. » (1) Ce pionnier parle d’expérience, après dix ans d’utilisation des «  technologies de l’information et de la communication pour l’école » (TICE).  Lire la suite

Ils étaient Étrangers…

Tous les termes écrits en bleu sont des liens cliquables. (Accès à plus d’info, des vidéos)

Après la récente évacuation musclée du camp de La Chapelle à Paris qui a fait un certain bruit médiatique, plus de 150 migrants originaires du Soudan ou d’Érythrée pour la plupart et installés Quai d’Austerlitz craignent d’être à leur tour délogés. Interrogé à ce propos dans le journal de 12h30 de France Culture du 16//6/2015, le sénateur communiste du Nord Eric Bocquet a déclaré : « Jusqu’où cette ignominie va-t-elle aller ? »

Il faut également savoir que des étrangers gravement malades font aussi aujourd’hui l’objet de mesures d’expulsion.

Théophraste publie ci-dessous un texte écrit en 2007 évoquant le vécu d’enfants « étrangers non-francophones » tel qu’il s’efforçait alors de les accueillir et de les aider à « s’intégrer » par un apprentissage accéléré de la langue de Voltaire et en allant bien au-delà…

« L’Étranger qui vit loin de ses compatriotes et des siens devrait plus que quiconque être aimé des hommes et des Dieux. »
PLATON 
(428 env. – 347 env. avant J.-C.)
Les Lois, V, 729.

Lire la suite