« Le monde ne sera pas détruit …

par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. »

Albert Einstein

« Frères migrants » :
la déclaration des poètes de l’écrivain martiniquais Patrick Chamoiseau :

« Les poètes déclarent que le racisme, la xénophobie, l’indifférence à l’Autre qui vient qui passe qui souffre et qui appelle sont des indécences qui dans l’histoire des hommes n’ont ouvert la voie qu’aux exterminations, et donc que ne pas accueillir, même pour de bonnes raisons, celui qui vient qui passe qui souffre et qui appelle est un acte criminel. »

Patrick Chamoiseau

ImgSOSméditerranée

Lire la suite

Une psychanalyste au BHV

Il y a peu Théophraste faisait la queue au BHV Marais à Paris, un grand magasin où on trouve tout , enfin à peu près tout. Il voulait payer ses achats : moult accessoires d’arrosage pour pallier ses absences à la thébaïde car les plantes ont aussi soif que les dieux et si on ne les abreuve pas elles crèvent alors que les dieux qui poussent frénétiquement dans l’imaginaire humain sont increvables. Mais passons.

La queue était impressionnante, de longues minutes d’attente devaient être envisagées.

Théophraste précédait une dame d’un certain âge qui lui fit un sourire fatigué et la conversation démarra ainsi. Très vite ils surent que l’une était psychanalyste, qu’elle recevait en thérapie des enseignants malheureux, souffrant de l’exercice de leur métier et que l’autre avait été prof, avait craqué à un moment de ce difficile parcours mais qu’il avait tenu bon et jouissait aujourd’hui des délices de la retraite… Lire la suite

« Mon suicide »

Ainsi que les guillemets l’indiquent il ne s’agit pas de celui de Théophraste mais d’un auteur peu connu qui fut prof de Maths en Suisse et se tira une balle dans le cœur le 7 novembre 1925 au petit matin.

Henri ROORDA (1870-1925)

Il fut aussi un chroniqueur, un philosophe et un humoriste brillant, doté d’une belle ironie mais avant tout un homme de cœur.

« Je vais peut-être me rater. Si les lois étaient faites par des hommes charitables, on faciliterait le suicide de ceux qui veulent s’en aller. (…)

Il faudra que je prenne des précautions pour que la détonation ne retentisse pas trop fort dans le cœur d’un être sensible. »

Tels sont les derniers mots de ce petit essai qu’il faut lire si on aime la vie car ce petit livre est plein de vie. Paradoxal n’est-ce pas pour quelqu’un qui à l’âge de 55 ans a décidé d’en finir ? Lire la suite

« Si haut que l’on soit placé…

 

… on n’est jamais assis que sur son cul. »

Michel de Montaigne (1533-1592)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Arboretum de l’École du Brueil (Bois de Vincennes) 15/8/2016

La nature a de ces fantaisies et parvient parfois à rappeler aux plus riches et aux plus puissants ce qu’ils ont de commun avec le dernier des humains .

« Une personne sur dix dans le monde vit avec moins de deux dollars par jour. »
Lire la suite

INDIFFÉRENCE

Des températures négatives pendant des jours et des jours et nous sommes tous bien au chaud sous la couette… L’indifférence est ce que Théophraste n’a jamais compris depuis que sans l’avoir demandé il est venu dans ce monde de douleur et d’effroi.

chapellemigrants

Porte de la Chapelle, Paris, en attente de pouvoir entrer au « centre humanitaire », janvier 2017 *
Hospitalité française.

L’indifférence est un crime envers la vie et envers la souffrance.
Emil Michel Cioran, Le livre des leurres (1936)

D’autres citations d’auteurs (connus ou inconnus) glanées sur le net :

On a l’indifférence plus ou moins épaisse, comme on a la peau plus ou moins fine. 
Anne Barratin,  De toutes les paroisses (1913)

Le cœur a sa paresse, on l’appelle indifférence.
Louis Joseph Mabire, Dictionnaire de maximes (1830)

Les mots sympathie, affection, amitié, amour n’expriment que les degrés, les nuances diverses d’un même sentiment qui est inexprimable parce qu’il est infini. Aimons donc sans nous inquiéter de donner à nos sentiments un nom qui les mesure ; aimons toujours : tout le temps que nous passons dans l’indifférence ou la haine est un temps perdu pour notre amélioration et pour notre bonheur.
Auguste Guyard,  Quintessences (1847)

L’indifférence morale est la maladie des gens très cultivés.
Henri-Frédéric Amiel, Journal intime (1870) Lire la suite

La thébaïde « entre les années »

« Entre les années », c’est la traduction littérale d’une expression idiomatique allemande par une amie germanophone de Théophraste.

Ainsi en ces derniers jours de décembre la campagne est toute imprégnée de givre. Et à quelques heures de 2017 le soleil n’a pas percé  depuis deux jours déjà.
Point de neige encore mais Théophraste ne peut s’empêcher de se remémorer une poésie de Maupassant qu’il dut réciter par cœur quand il était enfant.

« La grande plaine est blanche, immobile et sans voix. (…)
Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux ! »

Lire le texte complet ICI

OLYMPUS DIGITAL CAMERA Lire la suite

Automne 2016 à la thébaïde (2)

Évidemment le lecteur qui aborde ce blog et ce qui va suivre pourra se demander une fois encore si  Théophraste ne va pas verser dans le catastrophisme et se dire qu’après tout rien ne doit nous empêcher de vivre comme nous l’entendons. Et donc à quoi bon relever ce type de discours, qu’il s’agisse de ce qui a trait aux réfugiés (la crise migratoire !), à l’homophobie, aux expulsions et à tout ce qui fait le quotidien morose de l’individu lambda dans une ville aussi tristement distrayante que Paris ou dans le fin fond d’une province aussi tristement ennuyeuse que n’importe quelle autre.

Théophraste parlera ici encore de la nature, de la manière dont il la vit : travail, soins de la terre et des végétaux, contemplation. Eh oui ! Ça arrive plus souvent à la campagne qu’à Paris…

Rappelons qu’il ne jouit d’aucun privilège. Il a pu acquérir la thébaïde grâce à ses économies de fils de pauvres sans héritage, après avoir galéré presque 4 décennies en exerçant son boulot de petit prof du mieux qu’il a pu dans une institution peu recommandable que tout le monde connaît et qui usurpe outrancièrement le noble terme d’Éducation.

Soyons bref sur le catastrophisme. Un récent rapport du WWF fait état d’une chute drastique de la biodiversité (vertébrés, amphibiens). Il suffit de faire une recherche pour trouver les chiffres qui sont bien sûr alarmants mais à quoi bon s’alarmer !.

Entendu à la radio qu’à ce jour la température au pôle Nord est de 5° alors qu’elle devrait être de moins 25 ; la banquise se rétracte et ne joue plus son rôle de régulateur du climat. D’ici 15 ans l’Arctique sera libre de glace, une aubaine pour de nouvelles exploitations pétrolières. Voilà qui est dit pour le catastrophisme et pour tous les climato-stupides que nous sommes majoritairement puisque tous nous continuons

Mais si les amphibiens disparaissent, on en voit encore ponctuellement à la thébaïde. Ainsi de temps à autre un crapaud dans le caniveau, une grosse salamandre jaune et noire dans la fosse du compteur d’eau…

salamandre Lire la suite