Un jardin d’utopie (s) : la thébaïde

Un jardin d’utopie, c’est ainsi qu’historiquement à Paris fut d’abord désigné le Jardin des Plantes du Roi avant qu’il ne devînt plus simplement le Jardin des Plantes annexé au Muséum d’Histoire Naturelle, un lieu merveilleux de promenade en toute saison, sauf peut-être certains dimanches après-midi ensoleillés lorsqu’il y a foule comme dans tous les espaces verts de Paris.

Alors pourquoi la thébaïde de Théophraste s’apparenterait-elle à un jardin d’utopie ?

Une utopie, selon l’étymologie grecque du terme, signifie « en aucun lieu » . Par extension, ce qui relève de l’idéal, de l’imaginaire. Une conception ou un projet qui paraît irréalisable comme dit Le Robert et qui liste pour synonymes : chimère, illusion, mirage, rêve, rêverie.

Faut-il le rappeler ? La thébaïde c’est au cœur d’une ancienne province française, une humble maisonnette en pleine nature, à l’orée d’un gros village où comme on dit « il y a tout », un terrain de dimensions modestes entièrement clos de haies d’hibiscus, forsythias, lilas,chèvrefeuilles, un bois attenant de grands sapins et de feuillus bruissant d’oiseaux, des prairies alentour où paissent pacifiquement un âne, quelques chevaux et de belles vaches blanches (qui ne savent pas ce qui les attend, voir les vidéos de L214 (si vous avez le courage regardez ici, 4’31 terrifiantes) et relire peut-être le texte d’Ovide : Rien ne meurt), avec pour horizon un moutonnement de très vieilles collines chargées d’histoire…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA Lire la suite

Publicités

Une voix me dit : Marche ! …

Où vais-je ? Je ne sais. Mais je me sens poussé
D’un souffle impétueux, d’un destin insensé.
Je descends, je descends et jamais ne m’arrête.
Si, parfois, haletant, j’ose tourner la tête,
Une voix me dit : « 
Marche ! » et l’abîme est profond,
Et de flamme ou de sang je le vois rouge au fond !

Hernani
Victor HUGO (1802-1885)

Pure réminiscence que de citer ici ces vers de Victor Hugo dans Hernani, activée peut-être par le mot marche qu’on entend si souvent prononcé par les temps qui courent.

Les « marcheurs » sont « en marche », et vers quel abîme ? (1)


victor-hugo
Lire la suite

« Si haut que l’on soit placé…

 

… on n’est jamais assis que sur son cul. »

Michel de Montaigne (1533-1592)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Arboretum de l’École du Brueil (Bois de Vincennes) 15/8/2016

La nature a de ces fantaisies et parvient parfois à rappeler aux plus riches et aux plus puissants ce qu’ils ont de commun avec le dernier des humains .

« Une personne sur dix dans le monde vit avec moins de deux dollars par jour. »
Lire la suite

Fantasme d’extermination

Peut-être plus qu’à la différence, l’ère est donc au fantasme de séparation, voire d’extermination. Elle est à ce qui ne met pas ensemble, qui ne réunit point ; à ce que l’on n’est point disposé à partager. A la proposition d’égalité universelle qui permettait, il n’y a pas si longtemps, de contester les injustices substantielles s’est graduellement substituée la projection souvent violente d’un « monde sans » – le « monde du grand débarras », celui des musulmans qui encombrent la cité, des Nègres et autres étrangers que l’on se doit de déporter, des terroristes (ou supposés tels) que l’on torture soi-même ou par procuration, des juifs dont on regrette qu’il y en ait eu tant à avoir échappé aux chambres à gaz, des migrants qui accourent de partout, des réfugiés et de tous les naufragés, ces épaves dont les corps à s’y méprendre, ressemblent à autant d’amas d’ordures, le traitement en masse de cette charogne humaine, dans sa moisissure, sa puanteur et sa pourriture.

Achille MBEMBE, Politiques de l’inimitié, p56-57, La découverte, Paris, mars 2016

Achille_Mbembe_2

Achille MBEMBE, né en 1957, franco-camerounais, est professeur d’histoire et de science politique et chercheur à l’université du Witwaterstrand à Johannesburg (Afrique du Sud) Lire la suite

Migrants : l’analyse d’un discours…

et d’une situation

Tous les termes écrits en bleu sont des liens cliquables. (Accès à plus d’info, des vidéos).
Pour accéder au menu déroulant des articles déjà publiés cliquer sur ThébaïdeNews, en haut de page.

Théophraste souhaite se livrer à une réflexion approfondie sur ce qui se passe depuis quelques semaines, qui s’amplifie et continuera de s’amplifier, comme on pouvait le prévoir… N’en ayant guère le temps en ce moment il prend cependant la peine de relayer un excellent article très référencé publié par le journaliste belge d’investigation Michel COLLON :

Le discours sur les réfugiés syriens : un analyseur

De retour d’Italie il a pu prendre la mesure de la manière dont ces événements y sont perçus. Les journaux régionaux du Frioul (Nord-est de l’Italie, entre Venise et Trieste) font de gros titres sur les « profughi », autrement dit réfugiés, exilés qui du fait de la fermeture des frontières par la Hongrie cherchent une nouvelle route des Balkans et pourraient arriver à Trieste. Les sentiments de la population semblent partagés… Lire la suite

Grèce : survivre sous emprise

Tous les termes écrits en bleu sont des liens cliquables. (Accès à plus d’info)

C’est ce qui attend le peuple des hellènes. C’est aussi ce qui à terme nous attend, nous les européens unis sous l’emprise de la finance, des banquiers, des multinationales et des hyper-riches, cependant que le chaos guerrier mâtiné de terrorisme a toutes chances de s’intensifier aux marges de notre vieux continent, sur fond de canicules et autres événements climatiques imprévisibles. Lire la suite