Un si « mauvais prof » !

ou
Les clochards de la vie intellectuelle

Dans une Ecole dite Normale où l’on formait encore il n’y pas si longtemps que cela et selon d’anciennes méthodes les hussards noirs de la République, un professeur de Lettres en classe de rhétorique, Monsieur L. remplissait mal sa mission.

En effet, il ne préparait pas vraiment ses «élèves-maîtres » à la dissertation et au commentaire composé, des exercices pourtant réputés formateurs et sur lesquels ceux-ci plancheraient à l’examen, mais qui l’ennuyaient prodigieusement, surtout lorsque lui revenaient les inévitables paquets de copies qui l’écœuraient, même en les lisant à peine et en les annotant et les notant avec fantaisie.

Cependant cet homme simple, un peu bourru et sans illusion sur l’ouverture d’esprit dont témoigneraient plus tard ces futurs instituteurs au regard borné, au mental obtus, exactement conformes aux attentes de l’institution qui les avait pris en charge, sut pourtant donner l’amour des textes et de la littérature à quelques uns d’entre eux. Lire la suite

Publicités

« Le moins d’idées possible »

L’Institut français auquel s’est associé France Culture a produit le 31 janvier 2019 la quatrième édition de la « Nuit des idées » dont « les temps forts et les thématiques » ont été « mises à l’honneur en France et dans plus de 70 pays »

Ainsi tel que le clamait France Culture depuis près d’une semaine on se poserait de vraies questions comme celle qui a dû fournir un débat nourri à la BNF François Mitterrand et qui m’a paru absolument cruciale en ces temps de fin du monde quasi programmée avec pseudo-« transition écologique », « sauvetage de la planète », improbable mobilisation pour le climat et ce vaste élan d’universelle préoccupation s’agissant de la disparition des oiseaux (adieu les hirondelles, on n’en voit déjà plus), des éléphants, des orangs-outangs et autres abeilles pour toutes ces raisons que nous connaissons fort bien mais qu’il est quasiment impossible de remettre en cause selon nos dogmes et les outils de nos croyances et transcendances : l’économie, le profit qui va de pair avec toutes les formes de domination aussi décriées que banalisées et la soumission planétaire au DFU, le Dieu Fric Universel, qu’il se décline en dollar, yen, euro, rand ou roupie.. et à qui chaque homo erectus dit sapiens sapiens (!) rend un culte obligé à base de cartes de crédit avec ou sans contact, de jolies images pieuses conservées précieusement dans le portefeuille et de lignes de crédit ou de débit salvatrices ou destructrices dans les interfaces des écrans informatiques ; tous ceux qui n’y ont pas accès étant voués à crever pour dire les choses telles qu’elles sont. Et ils sont de plus en plus nombreux et lorsqu’ils veulent survivre on les appelle par exemple migrants

BarqueMigrants

Patrick Bar / SOS Méditerranée | Avril 2016, un canot pneumatique est en passe de sombrer avec quelques dizaines de migrants. En arrière plan, l’imposant «Aquarius» de SOS Méditerranée a repéré l’embarcation. Lire la suite

L’AMOUR NOUS FAIT-IL TREMBLER ?

Dans un blog associé à Thébaïde News, la Bibliothèque de Théophraste où je publie des textes libres de droits selon la devise choisie : Éclectisme poético-philosophico- littéraire au fil des jours j’avais, il y a plus de 2 ans, proposé au lecteur occasionnel un poème qui m’avait touché d’un auteur que je ne connaissais pas et que j’avais découvert dans un de ces très vieux classiques, une brochure usée et jaunie par le temps qui dormait au fond de ma bibliothèque, une brochure imprimée en 1951…

L’amour nous fait trembler de Charles Guérin (1873-1907)

Et ce qui m’étonne, m’amuse souvent et me donne à penser c’est que selon les statistiques du blog ce texte est consulté quasi quotidiennement et aux 4 coins du monde. Attention ce sont des stats très modestes qui ne se chiffrent pas en kvues, néanmoins c’est le seul texte de ce blog qui soit lu chaque jour, en France bien sûr mais tantôt au Vietnam, au Brésil, au Royaume-Uni, au Maroc, en Chine, en Tunisie, en Inde, au Canada, en Suisse, en Belgique, en Algérie, en Italie, en Espagne… et j’en passe.

Lire la suite

Adulte ? Jamais.

« Adulte ? Jamais. Jamais : comme l’existence
Qui ne mûrit pas, reste toujours verte,
De jour splendide en jour splendide.
Je ne peux que rester fidèle
A la merveilleuse monotonie du mystère. »

Pier Paolo Pasolini
Adulto ? Mai, Adulte ? Jamais, Rome 1950, Journal intime.
Poèmes choisis, traduits par René de Ceccaty
Points 2013

images (1) Lire la suite

« MON SUICIDE » (Bis)

Hier matin on a sonné chez moi, je n’attendais personne.
J’ouvre à une jeune femme très distinguée qui me propose un journal marxiste. Je le feuillette, je le trouve parfaitement indigeste mais conscient du fait que je ne le lirai peut-être pas je le lui achète et je rajoute même quelques euros.
Et on parle. Elle me dit que le capitalisme produit des crises parfois  très graves qui conduisent à des guerres comme au 20 e siècle, ce qui est tout à fait juste et qu’actuellement les masses ne se sentent pas suffisamment attaquées encore pour qu’une révolution soit possible, ce qui me semble également tout à fait juste. Cela dit Jupiter-Marcheur va peut être accélérer le processus…
Puis je ne sais plus comment j’en viens à lui parler de ce texte plein de vie dont j’ai fait une édition résumée dans ce même blog il y a un an : Mon suicide de Henri ROORDA.
Ça l’a intéressé vivement et tout à l’heure je l’ai relu. Ce texte est superbe, d’une « vitalité désespérée » comme disait Pasolini et d’une délicieuse ironie. J’en ai relevé quelques extraits que je republie ci-dessous et je réitère mon conseil : se le procurer éventuellement en version papier, ça ne coûte pas cher, et l’offrir à une personne qu’on aime pour l’aider à vivre.

Lire la suite